Réussir un dessin de portrait ressemblant

Réussir un dessin de portrait ressemblant

Si je te disais, Cher  Créateur Décomplexé,  que je sais comment réussir un dessin de portrait ressemblant ? 
Tu dévorerais cet article n’est-ce pas ? 

Et bien oui, je te le dis. 

En revanche ça reste mon avis ; mais puisque tu es ici, c’est qu’il t’intéresse pas vrai ?

Avant de commencer, je te précise que cet article s’applique aux portraits réalisés d’après photos.
En effet, les portraits de modèles vivants font entrer d’autres paramètres comme la durée, la mobilité du modèle, la lumière… qui ont une incidence sur la ressemblance du portrait.

réussir un dessin de portrait ressemblant

Que signifie réussir un dessin de portrait ressemblant ?

La première question à te poser est de savoir ce que tu recherches lorsque tu dessines le portrait de quelqu’un.

Tu veux que ton dessin lui ressemble ou qu’il se reconnaisse

Parce que ce n’est pas du tout la même chose.

Si tu recherches une qualité de dessin ”photographique”, ultra réaliste le modèle reconnaitra davantage la photo que lui. 
Toi tu auras fait le job avec un grand talent et une incroyable précision. 

Pardon,  mais, quel intérêt, si je mets à part le challenge technique que tu a relevé, puisque la photo existe ? 

Dessin ultra réaliste
Dessin au crayon de  Kohei Ohmori

Je trouve beaucoup plus exaltant de réussir à saisir le modèle dans la totalité de ce qu’il est. 

Réussir à dessiner ce à quoi il ressemble physiquement en faisant ressortir sa personnalité.  Car, sois-en certain :  dessiner une personne permet de découvrir qui elle est. 

Selon moi, réussir un dessin de portrait ressemblant, c’est réaliser le juste équilibre entre ton interprétation de la réalité et les critères objectifs qui font que le modèle va se reconnaître. 

Un modèle peut-il ne pas se reconnaître alors que son portrait est ressemblant ?

Tout à fait.

Il arrive en effet, que devant le dessin de son portrait (pourtant ressemblant) le modèle semble perplexe. 
Alors, je te rassure tout de suite ce n’est pas le cas de la majorité des modèles.

réussir un dessin de portrait ressemblant

Il semble vraiment satisfait du résultat et pourtant sa réaction est mitigée.
Comme s’il voulait s’en excuser, il te lance un “c’est moi, mais en même temps c’est pas moi, ça me fait un drôle d’effet”.

L’explication est simple, elle tient au fait que les artistes sont des interprètes.
Ils perçoivent le monde qui les entoure à travers le prisme de leur vision artistique.

C’est logique. Quand tu regardes un visage, tu le perçois selon ta propre vision de la réalité.
Or tu ne me contrediras pas si j’affirme qu’il n’y a pas UNE réalité identique pour tout le monde, mais autant qu’il existe d’êtres humains sur la terre.

Chacun perçoit ce qui l’entoure selon sa réalité propre.

Si je prends un exemple simple, la perception des couleurs.
Tu as sans doute remarqué que chaque individu a sa propre perception des couleurs,

Là où tu vois un rouge cerise, je vois un rouge bordeaux et mon voisin un rouge grenat.

réussir un dessin de portrait ressemblant

Aucun de nous n’a tort et nous sommes tous trois d’accord pour dire qu’il s’agit d’un rouge plutôt foncé.

Pour le dessin de portrait, c’est la même chose l’artiste perçoit son modèle selon sa réalité. 

Mais revenons à notre modèle frappé de perplexité devant son portrait. Pourquoi est-il destabilisé à ton avis?
Parce que le portrait lui a donné une image alternative de lui-même.

Peut-être y a-t-il décelé une facette qui ne lui est pas familière, ou alors une caractéristique qu’il avait oubliée lui est revenue en mémoire…
Peut importe, en tout cas le fait de voir son portrait dessiné a provoqué chez lui un trouble dont je pense connaître l’origine.

Dessin de portrait et image de soi

Imagine que tu dessines le portrait d’une personne qui est complexé parce qu’il trouve son nez “ÉNORME” et disproportionné.  

Tu n’as pas cette information et tu dessines le nez comme toi, tu le vois. 

Or, au moment où tu lui présentes son portrait il est visiblement ébranlé.
Tu ignores pourquoi, mais avec l’expérience je peux te dire que c’est parce que le nez qu’il découvre sur ton dessin est de taille normale.

Du coup lorsque tu lui demandes s’il est satisfait il te répond oui (et c’est sincère) mais il ajoute qu’il a l’impression troublante de ne pas se reconnaître entièrement.

Est-ce une bonne chose ? Oui et Non

Oui, parce que ton portrait a restauré “l’image de soi”* de ton modèle.
Il vient de réaliser qu’une personne objective et bienveillante l’a perçu de l’extérieur d’une manière totalement différente de la sienne. 

Non, si ton modèle  n’est pas prêt à recevoir cette image revisitée de lui. Au mieux il ne le montrera à personne et tentera de l’oublier,  au pire il te le jettera au visage en te traitant d’imposteur.

Dessin de portrait et image de soi

* Dans son livre “les clés du passé” Noémie de Saint Sernin donne une définition de l’image de soi que je te partage :

“L’image que nous avons de nous-mêmes est l’expression d’une bonne ou mauvaise représentation mentale et physique de ce que nous sommes”.

Noémie de Saint Sernin – Les clefs du passé

Imagine le bien que tu as fait à ton modèle ! 

Il va se regarder d’un autre oeil, crois moi, et qui sait, peut-être entamer des pourparlers de paix avec son nez.

Réussir un dessin de portrait ressemblant c’est revaloriser l’image de ton modèle

Dessiner le portrait d’une personne, on vient de le voir est tout sauf un acte anodin.

Karima portrait aux pastels secs

On touche ici au rôle méconnu que nous jouons en tant qu’artistes, quand nous dessinons une personne.

Ce rôle de “guérisseur d’image” est très important et le fait d’en avoir conscience tend à améliorer notre pratique qui devient plus subtile.

Les dessins de portraits sont souvent très bénéfiques aux personnes en “perte d’image”.

La “perte d’image” intervient lorsque la vie nous heurte au point de nous faire perdre tous nos repères, y compris celui de notre propre image.

Cette perte d’image accompagne souvent un changement important qui a des répercussions physiques ou/et psychologiques. 

réussir un dessin de portrait ressemblant c'est revaloriser l'image de ton modele

A l’image que nous nous faisions de nous-même se superpose alors une image dévalorisée.

Voici quelques exemples

réussir un dessin de portrait ressemblant c'est revaloriser l'image de ton modele
  • perte ou augmentation de poids
  • importante
  • altération physique liée à une maladie ou à un traitement
  • modification physique après une grossesse
  • passage de caps (adolescence, quarantaine, cinquantaine)…
réussir un dessin de portrait ressemblant c'est revaloriser l'image de ton modele


C’est la raison pour laquelle je pense que les caractéristiques atypiques d’un visage ne doivent être ni gommées, ni corrigées par l’artiste.
Je m’en explique un peu plus loin plus loin.

Pour réussir un dessin de portrait ressemblant faut-il le “plier” au canon ?

Le canon de Polyclète

Autour de l’an 500 avant JC Polyclète qui était un sculpteur Grec classique a élaboré une grille qui segmente le visage de face et de profil. Cette grille indique les proportions idéales de chaque segments entre eux.

Aujourd’hui encore ce canon est préconisé comme outil référent pour la réalisation de portrait.

Voici à quoi ressemble le canon de Polyclète

Le canon de Poiyclète
Canon de Polyclète – Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

Personnellement, j’ai beaucoup de mal à accueillir positivement tout ce qui enferme, qui limite ou qui standardise. 

Ce guide des proportions peut être utile pour servir de 1ère base à des personnes qui n’ont jamais dessiné. Elle peut leur permettre d’obtenir  des résultats encourageants rapidement

Son utilisation peut être un point de départ à l’approche des visages comme support d’exercices dans la réalisation de dessins de personnages de BD par exemple.

Il ne s’agit pas de mettre le canon de Polyclète au rencard, pourtant je crois fermement que son utilisation ne garantit pas la réussite d’un dessin de portrait ressemblant.

Pourquoi ? 

Parce que les règles de proportions indiquées par le canon se rapportent  à un idéal de beauté instauré à l’époque de Polyclète.
Plus important encore, ils ne tiennent compte, ni des différentes des morphologies, ni de la diversité humaine

Le visage n’est pas être une structure rigide et symétrique.

Bon ok, je m’enflamme un peu, mais c’est parce qu’analyser les visages, c’est mon métier

Je suis morphopsychologue

C’est-à-dire que j’établie un lien entre les traits du visages  ( (“morphê”) = la forme) et les traits de caractère (psychologie = science de l’âme). 

Etant moi-même artiste je ne vois pas comment un visage asymétrique (puisque tous le sont à divers degrés) peut trouver sa place dans le canon de Polyclète ?

C’est la même chose pour l’écart entre les deux yeux qui d’après le canon est égal à la largeur d’un oeil. Pourtant il y en a des yeux bien plus écartés ou très rapprochés ! 

Canon de Polyclète et l'écart entre les deux yeux
Judith Light et Amanda Seyfried

Polyclète place le haut de l’oreille à la hauteur de la racine du nez et le bout du lobe à la base du nez.
Regarde les photos ci-dessous, tu constateras que ça ne colle pas avec une vraie personne !

Canon de Polyclète et  l'implantation de l'oreille
Leonardo Di Capprio et Romy Schneider

Je pourrais décrire des centaines de visages qui n’entrent pas dans le cadre de Polyclète !

Ne regrettons donc pas si notre visage n’a pas tout à fait les proportions du canon et si quelques défauts nous distinguent, c’est là notre richesse, témoin de notre personnalité.

Jean Gaussin – Connaître les autres par le visage

Rien ne remplace la manière de voir de l’artiste

Rien ne se substitue à la manière de voir de l’artiste,  ni son sens de l’observation. 

De mon point de vue, les seuls outils  fiables pour réussir un dessin de portrait ressemblant sont ceux qui s’appliquent à toutes les morphologies.

Étudier l’anatomie du crâne, par exemple, puis s’exercer à le dessiner permet de comprendre le rôle de la structure osseuse du visage, des muscles et des chairs. L’étude du crâne humain facilite le dessin des expressions et le relief du modelé.

réussir un dessin de portrait ressemblant grâce à l'étude du crane

Il existe également des méthodes qui consistent à s’aider de formes géométriques pour dessiner les segments du visage. 

Certains utilisent la méthode d’enseignement développée par  Betty Edwards. Ils réussissent des portraits très ressemblants rapidement en utilisant des exercies pratiques basés sur le mental. Cette méthode est détaillée dans le livre Dessiner grâce au cerveau droit dont j’ai fait la chronique en début d’année.

Comment je procéde pour réussir un dessin de portrait ressemblant

A présent je vais t’indiquer la méthode que j’utilise et qui jusqu’ici m’a bien réussi. J’espère que ma façon de faire sera inspirante pour toi.

Comment je procéde pour réussir un dessin de portrait ressemblant
Yann – Portrait au crayon

Le choix des supports

En général je dessine d’après plusieurs photos du modèle dans des attitudes différentes.

Pourquoi plusieurs ? Parce que si je n’en n’ai qu’une il y a de grandes chances pour que mon dessin soit le portrait de la photo et pas celui du modèle.

Les photos doivent être de bonne qualité, nettes, bien exposées et pas trop petites.
Si elles sont numériques je dois pouvoir agrandir l’image sans voir les pixels.

J’exclue d’entrée les selfies qui déforment ainsi que les photos snapchat qui lissent les visages au point qu’ils n’ont plus de relief. 

Le matériel que j’utilise

J’utilise le crayon noir que j’estompe mais j’aime aussi les portraits au bic. Plus rarement je réalise les portraits aux pastels secs.

La plupart du temps je dessine sur mon bloc de croquis parfois sur du papier plus épais si je sais que vais utiliser beaucoup de “matière” ou estomper de nombreuses fois.

Je me fie à ma première impression

Quand je regarde les photos pour la première fois je me fie à ma première impression. 

Je t’explique comment ça marche.

A chaque fois que tu regardes une personne pour la première fois, tu la “scannes” de manière tout à fait inconsciente.

Cette perception éclair se joue en 1/10ème de seconde car le cerveau humain a la capacité d’évaluer les choses en un coup d’oeil, grâce à une vision globale.

En regardant les photos je m’attache à ce qui m’a traversé l’esprit au premier regard

Par exemple : la mimique est calme – le regard est posé – le visage est tourmenté – il se dégage beaucoup de douceur – le visage semble fermé, puissant… Je ne le note pas, mais je pourrais le faire…

Ce qui m’a frappé au premier regard chez Léa (ci-dessous) c’est la maturité qui se dégage du visage de cette petite fille.

Pour réussir mon portrait je me fie à ma première impression
Léa

J’observe attentivement

Ensuite j’observe attentivement le visage, sans m’attarder sur des éléments précis. Je le regarde le visage dans son ensemble.
Puis mon regard zoom et dézoom de la généralité aux détails et des détails à la généralité;

pour réussir un portrait ressembant j'oblserve attentivement
Delphine

Je relève ce qui est flagrant, ce qui frappe l’attention et qui ne peut échapper à personne.

Une partie du visage qui prend toute la place

Le regard , s’il est fixe, mobile, pétillant ou éteint.

Un front immense, de grands yeux rêveurs, un nez magistral, une bouche en “fermeture éclair”, une forte asymétrie…

Le regard du modèle est mon baromètre

Après ça  je débranche  le mental et je laisse venir.
Je me fais confiance, je sais que dans l’absolu je peux tout dessiner, que les seuls freins viennent de mon Cérébral. 

Pour restituer sur mon bloc toutes les infos que j’ai emmagasinées, je change de mode mental.
Je passe les commandes au “cerveau droit”, celui qui parle le langage des artistes.

Ce sont généralement les yeux que je commence à dessiner en premier, je dirais même par l’oeil gauche

Le regard du modèle est mon baromètre
Les yeux de Mata Hari

Saisir le regard est déterminant pour “capter” la personnalité.
Le regard est le seul élément du visage qui reste le même tout au long de la vie. (c’est son expression qui changent).

Pour construire le portrait, je procède par touches successives.

Je ne suis pas d’ordre précis. L’important pour moi est de faire concorder les éléments entre eux.

Au final c’est un peu comme réaliser un puzzle.

Construire un modèle par touches successives, c'est comme faire un puzzle

Une fois que j’ai “chopé” le regard il me sert de “jauge” pour dessiner le bas du visage.  

Ca semble bizarre  mais j’en ai déjà parlé dans un ancien article.
En effet grâce à la capacité de synthèse dont j’ai parlé plus haut,  le cerveau change la perception du regard (dessiné) dès lors que l’on modifie le bas du visage du modèle.

Si je “perd” le regard, je sais que le bas du visage que je viens de dessiner n’est pas “raccord”.
Pour le “récupérer”, je ne modifie pas le dessin des yeux, mais celui de la mâchoire

Mes solutions quand je bloque

Il arrive que je me trouve bloquée et j’ai beau recommencer 15 fois, rien n’y fait.

La méthode la plus efficace pour moi c’est de fermer mon bloc et d’aller faire autre chose.
Quand je reprends mon dessin où je l’avais laissé, il n’est pas rare que je trouve d’où vient le blocage.

réussir un dessin de portrait ressemblant
Melyna


Mais parfois, cependant, je bute encore et encore. J’utilise alors la méthode des contours, ou de l’image en négatif. J’essaie des me détacher de l’élément que je dessine. Je me concentre sur les formes qui encadrent l’élément qui me pose problème (une narine par exemple).

En procédant de cette façon ça ne fait pas de pli : le problème se résoud de lui-même.

Je ne gomme pas les caractéristiques physiques atypiques

Ce que j’appelle des caractéristiques atypiques sont perçues (hélas) comme des défauts ou des anomalies. Ce sont ces particularités qui donnent du charme au visage et ce qui le rend unique et original.

Les gommer reviendrait à réaliser un portrait Snapchat. Ce serait comme “photoshoper” mon dessin et rendre mon modèle “inconsistant”. 

Bien au contraire, je m’applique à reproduire ces caractéristiques avec soin. 

Et tu peux me croire, ce sont tous ces petits détails qui te feront réussir un dessin de portrait ressemblant. Un oeil plus ouvert que l’autre, une bouche qui sourit d’un côté, une ride de concentration, une implantation de cheveux… c’est ça le secret de l’authenticité

D’ailleurs j’en ai eu encore la preuve cet été. 

En effet, une mère de famille m’a commandé le portrait sa “tribu”.
Quand j’ai livré le dessin, ils étaient tous là, Papa, Maman et les trois enfants. 

Pour réussir un dessin de portrait resemblant je ne gomme pas les caractéristiques atypiques
Enzo

Ma plus belle récompense a été d’entendre leurs commentaires...

Le lobe d’oreille si particulier de Léa, le petit piercing de Maman, les coins de bouches remontants de Papa. Enzo et son sourire bien à lui et les yeux de Melyna qui brillent de malice. 

Chacun s’est reconnu et a reconnu chez les autres les détails atypiques qui les caractérisent.

J’ajoute parfois des accessoires

Parfois, il m’arrive d’ajouter des accessoires. Une fleur dans les cheveux ici, un bijou par là, un changement de coiffure.
Je desserre un chignon ou j’affine une monture de lunette.

De cette manière je “libère” un petit bout de ce qui se cache derrière les apparences.
C’est souvent très efficace pour que le modèle se reconnaisse vraiment.

Je rajoute parfois des accessoires
Magdalena

Voilà tout ce que je peux te conseiller pour réussir un dessin de portrait ressemblant.

J’espère que cet article t’a apporté des réponses. Laisse moi un commentaire STP ça fait toujours plaisirs et en attendant…

Sois inspiré et crée sans complexe !

@+ Isabelle

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour recevoir gratuitement le guide "Devenir le Maître des couleurs"