Qui suis-je ?

Qui suis-je ?

Comment le dessin m’a conduit vers vous

J’en ai écumé des boîtes de feutres, des blocs de papier et des feuilles volantes ; et j’en ai usé des crayons noirs, de couleurs, des gommes, des pastels et des stylos.

Pour une boîte de feutres “Caran d’Ache” j’aurais fait le tour de Paris à genoux  ; quant aux “crayons de bois” impeccablement taillés qui étaient rangés dans le tiroir du buffet de ma grand-mère, ils me faisaient briller les yeux d’admiration et de convoitise.

Je m’appelle Isabelle Yvelin et je dessine depuis toujours.

Je n’ai pas appris, je le fais naturellement et sans effort.


Le dessin m’a accompagné partout et tout le temps. 

A l’école, à la maison, au camping, et pas seulement quand il pleuvait. Au collège je crayonnais sur mes copies en écoutant les cours et je décorais mes cahiers. Autour de mes 20 ans, quand mon père était mourant j’ai découvert la peinture, à l’eau d’abord, puis à l’huile dans laquelle je me suis jetée exprimant ma détresse émotionnelle par une boulimie de tableaux. Plus tard j’ai “croqué” mes enfants sur mon sketch book et cela pendant des années. J’ai dessiné une quantité incroyables de visages et j’ai immortalisé les  animaux qui ont partagé ma vie.

Le dessin était toujours présent dans ma vie, il parlait de moi. Il donnait forme à  mes centres d’intérêt du moment, et exprimait mes joies et mes peines… bien plus finement que les mots.

Et puis, à cause du harcèlement moral dont j’ai été victime au travail, le dessin a déserté ma vie : plus de courage – plus d’inspiration – plus assez d’énergie. Comme un ami qui prendrait du recul car il ne peut pas vous aider. J’ai eu l’impression d’être privée d’une partie de moi même.

Comme le Phoenix

Jusqu’au jour où, alors que je me formais au métier de conseillère en image, la prof de “style vestimentaire” nous a expliqué que nous devions faire un book qui devait nous ressembler.

J’ai décidé d’illustrer moi même mon “book”(plutôt que de collecter des photos sur internet). C’était une folie car le travail était énorme et prenait beaucoup de temps !  mais comme disait Oscar Wilde « Les folies sont les seules choses qu’on ne regrette jamais ». Alors je me suis attelée à la tâche. J’ai dessiné des planches de styles, des morphologies, des vêtements, des chaussures, des sacs à main, des chapeau, des cravates, des costumes et des bijoux aussi. J’ai dessiné des coiffures, des imprimés, des cosmétiques… C’était magique. Alors que je n’avais jamais réalisé d’objets liés a la mode, mon crayon était en pilotage automatique. Je dessinais simplement et facilement… un épanouissement total.

Planche de styles vestimentaires

Le dessin est revenu dans ma vie, comme une vague déferlente. J’ai produit, produit, produit avec bonheur et excès…. ça m’avait tellement manqué

Aujourd’hui je dessine à nouveau très régulièrement et de manière posée.

Le blog “Le pouvoir des dessins”

Tout ça pour dire que lorsque j’ai fait le choix de vivre de ma passion pour mener la vie de mes rêves en devenant blogueuse professionnelle, le dessin s’est imposé à moi comme sujet incontournable de blog.
J’ai alors créé le blog LE POUVOIR DES DESSINS, pour vous faire connaître tous les bénéfices qu’apporte le dessin, en plus du plaisir qu’il procure.

Il y a dans le fait de dessiner quelque chose de l’ordre du mystère, car dessiner c’est “voir” la réalité autrement.  à la manière des artistes et être capable de la représenter telle que.   

Le dessin a pour parents l’intuition, la créativité, le sens visuel et la communication non verbale.  Il transcende celui qui le réalise et émeut celui qui le contemple. 

Chacun de nous est capable de représenter sa réalité, ce n’est pas une question d’adresse manuelle ni d’acquisition de techniques. Si vous en doutez, prenez mon cas : je n’ai jamais appris pourtant regardez ma page Instagram @fromjohana (c’est mon nom d’artiste) et vous verrez.

Les bénéfices du dessin

Le dessin est le langage non verbal de l’art. Il sollicite l’hémisphère droit du cerveau, celui qui traite les informations visuelles et imaginaires. En apprenant à solliciter à la demande le cerveau droit, le dessin devient accessible à tous.

Les dessins ont le pouvoir de guérison. Ils nous montrent ce que l’on éprouve et nous permettent de l’exprimer lorsque les mots ne suffisent pas.

Nous sommes capables d’être tant absorbés dans la réalisation d’un dessin que les heures passent aussi vite que des minutes. Nous ne répondons plus aux appels de l’extérieur notre état de conscience est comme modifié, favorable  à la méditation. Les dessins ont le pouvoir de figer le temps et l’espace.

Mandala, méditation par le dessin
Mandala, le dessin Zen

Les dessins nous permettent d’améliorer nos aptitudes intellectuelles telles que la mémorisation, la visualisation ou la créativité.

En dessinant nous pouvons comprendre des concepts complexes, grâce à une représentation personnelle et originale de la réalité.

Les dessins ont beaucoup de pouvoirs que je vais m’efforcer de vous faire découvrir. Peut être m’en ferez vous découvrir que je ne connais pas ? En tout cas j’ai envie de partager cette passion avec vous, envie de vous surprendre et surtout de vous donner envie de vous lancer.

J’espère que vous me lirez avec bonheur et que vous n’hésiterez pas à poster des commentaires, à réagir à mes articles et à me poser des questions. Je suis intarissable quand il s’agit de parler de quelque chose qui me passionne.

En attendant, 

Soyez inspirés et créez sans complexe !

@+ Isabelle

Pour me contacter remplissez le formulaire :


    Partager l'article
    •  
    •  
    •  
    •